Mes recherches sur la marche de la nature dans l'évolution du genre humain

Johann Heinrich Pestalozzi

 

  1. Traduction, introduction et commentaires de M. Soëtard
INFORMATIONS
Edition
Prix
Format
Pages
ISBN
Peter Payot, Lausanne, 1994
CHF 20.-
14 x 22 cm
290
978-2-601031-42-3
PUBLIC
Tout public - Enseignants - Pédagogie

Connaissons-nous, voulons-nous vraiment connaître Pestalozzi ?... Le texte de 1797, qui nous est ici présenté pour la première fois en version intégrale, devrait en tout cas dissiper définitivement l'image d'un bon père des pauvres, bricoleur de génie, praticien s'il en fut. Les Recherches nous révèlent un penseur, mais un penseur d'un genre bien particulier : aucun concept ici abordé que le pédagogue industriel du Neuhof n'ait vécu, aucune contradiction ici développée qui n'ait d'abord déchiré sa propre existence, aucune raison qui n'ait d'abord résonné dans sa sensibilité. Les Recherches c'est d'abord, jusque dans la singularité de l'écriture, un homme qui lutte avec lui-même pour la conquête d'une réconciliation avec soi. Mais, chemin de réflexion faisant, Pestalozzi - et c'est l'autre surprise de ce texte - rencontre les grands débats de son époque, en particulier celui qui se développe autour de la liberté, depuis qu'avec le cri de 1789 elle a fait irruption dans I'Histoire. Directement ou indirectement, il dialogue et lutte avec Rousseau, avec Jacobi et Spinoza, avec Fichte et la philosophie allemande. Et voilà même que, laissant celle-ci aller son chemin d'idéalisme, il nous indique une autre voie : celle de l'éducation, invitée à se comprendre dans le mouvement de la nature au sein d'un devenir humain qui l'assume tout en la dépassant. Les Recherches de 1797 posent ainsi les fondements d'une véritable philosophie de l'éducation, en même temps qu'elles ouvrent le chantier de la construction de la Méthode, telle qu'elle s'élaborera à Stans, à Berthoud et à Yverdon. Et c'est peut-être la troisième surprise : on se prend à penser que le chemin que Pestalozzi a parcouru à travers la constitution de l'être social de l'homme et son inéluctable dislocation dans la dissolution de l'Etat, puis par sa reconstruction morale dans et par l'éducation, pourrait ne pas nous être étranger.